Protection des Berges de la rivière Kou : 3000 plants mis en terre

Protection des Berges de la rivière Kou : 3000 plants mis en terre

Le Comité de Bassin de l’Agence de l’eau du Mouhoun (AEM), en collaboration avec le Comité Local de l’Eau Kou (CLE-Kou) et la population riveraine a organisé ce samedi 3 septembre 2016, une opération de reboisement pour protéger les berges de la rivière Kou dans le village de Kokorowé dans les Hauts-Bassins. A l’occasion, trois mille (3000) plants ont été mis en terre sur une distance d’environ 2 km. Lire la suite

L’inexorable déclin des éléphants d’Afrique

L’éléphant d’Afrique est en danger de mort. C’est sur ce tragique constat que s’est ouvert, jeudi 1er septembre à Hawaï, le Congrès mondial de la nature organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En prélude à ses dix jours de travaux, deux études, rendues publiques la veille, brossent un très sombre tableau de l’état des populations de l’éléphant de savane (Loxodonta africana) et de son cousin de forêt (Loxodonta cyclotis), les deux sous-espèces présentes sur le continent.elephants-de-savane_799a68c2438a9a21a5a69b8612831a1f

Un recensement d’ampleur inédite, le Great Elephant Census, révèle que le nombre de pachydermes vivant dans les savanes d’Afrique a chuté de 30 % entre 2007 et 2014. Et ce déclin s’accélère, pour atteindre désormais un taux de 8 % par an.

Cette enquête à 7 millions de dollars (6,3 millions d’euros), financée par le cofondateur de Microsoft et mécène Paul Allen, a mobilisé une centaine de scientifiques, avec le concours de plusieurs ONG. Elle a été réalisée sur deux ans, sous forme de survols aériens, par avion ou par hélicoptère, de dix-huit pays totalisant près de 90 % des effectifs d’éléphants de savane du continent.

Les conclusions sont accablantes. Alors que, rappellent les chercheurs, l’Afrique a pu compter « plus de 20 millions d’éléphants avant la colonisation européenne », et que leur nombre était encore estimé à 1 million dans les années 1970, il n’en reste plus qu’un tiers aujourd’hui. Soit 352 000 individus en 2014, contre 496 000 en 2007. Leur répartition est très inégale. A eux seuls, le Botswana, le Zimbabwe et la Tanzanie abritent près des trois quarts de l’espèce. Mais la tendance démographique s’inscrit à la baisse sur la plus grande partie du continent, à l’exception de quelques pays où elle se stabilise (comme au Kenya) ou même se redresse (en Ouganda dans l’est, ou au Bénin, au Burkina Faso et au Niger, dans l’ouest).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/09/02/l-inexorable-declin-des-elephants-d-afrique_4991313_1652692.html#EpPopso2PAoo2q7b.99

Lire la suite

Les chauves-souris, ces êtres très utiles pour l’équilibre de l’écosystème

     Par Karim Namoano

 

chauve souL’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) a organisé le 25 mars dernier, une journée d’hommage aux femmes de la recherche. Cela a été l’occasion pour ces dernières de présenter leurs travaux en cours. L’étude sur les chauves-souris du Burkina, par Malika KANGOYE, assistante à l’université de Ouagadougou   a suscité beaucoup d’intérêt. Lire la suite

L’eucalytus, un danger pour les sols du Burkina

         Par Steven Ozias KIEMTORE(kizozias@yahoo.fr)

 

Photo eucalyptusAu Burkina Faso le reboisement pour contrer l’avancée du désert est à la mode à chaque saison des pluies. Des milliers de plants sont mis en terre chaque année. Parmi les espèces prisées pendant les campagnes de reforestation figure en bonne place l’eucalyptus. Pourtant selon les chercheurs, cette plantes venue d’Australie est nuisible pour l’environnement. Lire la suite

Dr. Abou Thiam, enseignant chercheur à l’Institut des sciences de l’environnement(Ise) : « Il est temps d’accorder suffisamment d’attention et de moyen à la lutte contre la prolifération des plantes envahissantes qui constituent un problème de développement majeur pour le Sénégal.»

Propos recueillis par Idrissa SANEet Ndiol Maka

PM1La prolifération de certaines espèces envahissantes constitue une menace pour le Lac de Guiers et le Delta fleuve Sénégal. C’est ce que soutient, l’enseignant chercheur à l’Institut des sciences de l’environnement (Ise) et spécialiste des milieux humides, Dr.Abou Thiam. L’universitaire associe la prolifération de ces plantes à des changements importants dans l’hydrologie et dans la qualité de l’eau suite notamment à la construction des barrages. Il évoque également les conséquences de cette invasion sur les plans d’eaux comme celui du Lac de Guiers.

Lire la suite

Des scientifiques identifient les aires protégées les plus irremplaçables dans le monde

Source UICN

varecia_rubra_r_a_mittermeier_114907Une nouvelle étude scientifique a identifié les aires protégées les plus importantes pour empêcher l’extinction d’espèces de mammifères, d’oiseaux et d’amphibiens dans le monde. Issue d’une collaboration internationale, cette analyse fournit des conseils pratiques pour améliorer l’efficacité des aires protégées dans la conservation de la biodiversité à l’échelle mondiale. Lire la suite

Un projet de banque génétique du bétail, piloté par une équipe kényane

Au Kenya, des chercheurs œuvrent à la mise sur pied de la première banque génétique au monde dédiée au bétail. Selon l’équipe du projet basée à l’Institut international de recherche sur l’élevage (ILRI) à Nairobi au Kenya, cette banque génétique pourrait participer à la préservation de la biodiversité des espèces menacées et devenir un outil de recherche utile. Lire la suite